Jeudi 15 Novembre

La journée à été longue, très longue, la fin du semestre se fait sentir et les travaux de groupe nous accapare énormément. C’est donc fatiguée et la boule au ventre que je suis intervenue ce soir. La boule au ventre, car je ne savais pas vraiment dans quelle optique, les jeunes avaient quitté le local, et encore moins ce qu’il s’était réellement passé ! Dans un sens j’avais peur, dans l’autre je voulais savoir, je voulais avoir le fin mot de l’histoire, leur version de l’histoire. En réalité, je n’ai pas pu avoir cette version, parce que personne n’a abordé le sujet de cette dispute.

V. a fait plusieurs allusions avec M. que je n’ai pas forcément comprises. A ma grande surprise, les filles ont particulièrement travaillés, en début de séance, sans même qu’on leur demande ! Ce qui prouve bien, qu’elles sont un minimum assidues. Certaines n’avaient rien à faire mais n’ont pas voulues jouer, avec les jeux de société, qui pourtant étaient une de leurs demandes. Elles se sont “posées” et on discutées, d’une manière assez conviviale et pas si bruyante que ça. Cela a bien duré ¾ d’heure, mais une fois les devoirs et leçons apprises le calme s’est envolé. Avec Mario, nous sommes restées dans la petite salle avec quelques jeunes, beaucoup faisaient des exercices d’espagnols et d’anglais. J’étais notamment avec Sa. qui a de grande lacunes au niveau scolaire, et principalement en anglais.

Sa. est une jeune fille qui à un réel manque affectif, et qui n’arrive pas à se situer. Sa soeur Ib. est sur le point de quitter le dispositif, c’est elle qui était à l’origine d’une majeur parties des problèmes l’année passé et on a donner la possibilité à la maman de la réinscrire cette année, mais je ne pense pas que nous allons continuer, puisque son comportement à un impact négatif sur tout le groupe. Sa. à même demandé s’il était possible d’être dans le groupe opposé à sa soeur, ce que nous lui avons accordé, depuis son comportement est beaucoup plus studieux, attentif, presque exemplaire.

Nous avons donc toute les deux fait de l’anglais, mais son niveau très très faible fait qu’il est compliqué de reprendre les bases sur tous les sujets. Elle est en 5ème mais est incapable de savoir que in veut dire en ou que but veut dire mais … Le fait qu’elle soit à la ramasse n’aide pas au point de vue comportemental, mais il y a de réels efforts.

Pendant ce temps V. était de l’autre côté, avec les filles. Le bruit était de plus en plus important et j’ai donc décidé d’aller jeter un oeil : et là je fus surprise, presque choqué de voir ce qu’il était en train de se passer. Le groupe de 5 ou 6 filles était en train de jouer à Colin-Maillard. J’ai donc souris en voyant ça, dans un sens elle se prennent pour des adultes, et de l’autre elle joue à des jeux qui ne pourraient pas être misent en place avec des jeunes de leur âge ! Je n’ai pas vraiment d’expérience certes, mais avec le club ado, qu’on à pu réaliser cet été au camping, on était loin de ce genre de jeux, et même des choses plus construites, plus “matures” ne leur suffisait pas ! Alors je suis tombé de haut en voyant ça, mais je me dis que c’est peut être pas si mal qu’elles retournent en enfance de temps en temps !

Certaines en avaient marre de jouer à ce jeux, et ont donc voulu changer. C’est avec le ballon que j’avais apporté pour la séance, qu’elle voulait faire quelque chose : j’ai donc voulu leur proposer un jeu, et je me suis confronté à une barrière, en réalité elle voulait être auteur de leurs décisions, elles ne voulaient pas que je leur impose quelque chose ! Je ne sais pas si c’est qu’elles ne voulaient pas prendre le temps d’intégrer des règles, ou si elles souhaitaient seulement la paix, mais elles ont finis par jouer à “un facteur n’est pas passé”. Vous allez me dire que le niveau de ce jeu est pas beaucoup plus haut, voir plus bas ! Mais de quels droits on peut leur dire que ce n’est pas adapté ? J’ai l’impression que si elles sont toutes d’accord pour ce genre de choses, c’est qu’elle en ont besoin, d’une manière ou d’une autre.

Après avoir eu la confirmation que le jeu de la dernière fois (coude-genou) leur avait plu, elle m’ont clairement dit qu’elles voulaient jouer toute seule, ce qui en soit ne me posait pas de problème !

Je suis donc retournée soir Sa. on a continué un peu l’anglais, puis elle a rangé ces affaires, puisqu’il était déjà 18h50 heures, et que V. à demandé à tous d’aller nettoyer les tables et passer le balai. Sa camarade à côté devait apprendre une leçon de maths pour le lendemain, j’ai donc pris 2 ou 3 minutes pour lui poser des questions sur les fractions et les priorités de calcul, à la fin de sa leçon, je lui ai dis que c’était parfait, qu’elle connaissait toute sa leçon. La réponse à été un “ouf” qui en dit long … Je ne connais pas les résultats de cette petite, mais elle semble très attaché à sa scolarité et à se réussite.

En sortant de la salle, je m’attendais à trouver le hall vide, puisqu’il était 19 heures, mais en réalité 4 filles étaient encore présentes : Elles discutaient avec M. et V. en attendant 19 heures, V. étaient en train de les fâcher plutôt catégoriquement mais je ne savais pas pourquoi, donc j’ai laissé passer ! V. est ensuite aller rangé ses affaires et avec M. nous en avons profité pour discuter avec B. et Sa. de l’année dernière, de comment s’était et surtout ce qu’il s’était passé, pour qu’il y est un tel sentiment négatif à propos de l’année passé. On a donc appris que les intervenants étaient très peu attentif à la demande des jeunes, Sa. nous a dit qu’ils avaient dit devant tous les autres que de toute façon elle mettait 3 heures à comprendre un exercice, que ça servait à rien de lui expliquer quelque chose ! Même si ce n’est que ça version de la chose, ça correspond avec ce qu’on a déjà pu entendre, malheureusement.

Les filles sont parties, mais on a senti qu’elles n’en avait pas forcément envie, elles avaient l’air bien ici avec nous ! Quand elles ont été partie, V. nous a demandé de venir parce qu’elle trouvait intolérable le comportement de ce soir. En réalité pour moi, la séance c’était bien passé, alors je comprenais pas pourquoi elle avait quelque chose à redire. En fait, une des filles n’a pas voulu passer le balais, et lui a répondu qu’elle était payé pour le faire !

Forcément, ça fait mal …Mais qui a totalement tort ou raison dans cette histoire ? Elle est payé pour le faire c’est une affirmation, elle ou nous, mais en tout cas, ce n’est pas forcément aux jeunes de la faire, un volontaire, et il y a, pourquoi pas ! Mais on ne va pas en plus les forcer à balayer… Je sais pas plus le temps passe, et plus je me dis qu’il y a réellement des écarts dans la vision que l’on a de ce travail d’accompagnement. Je ne sais pas qui de nous deux à raison, je ne sais pas non plus si il y a la vision et les méthodes parfaites, je ne pense pas, mais ce qui me fait peur, c’est que nous n’arrivons pas à nous entendre sur l’ambiance qu’on veut mettre au sein de ce dispositif !

 

Laisser un commentaire

Mathisleblond83 |
Despotinetpasdecalin |
Pokémons et combats |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Moncollegealamaison
| Technotroisieme
| 3ppb2