Jeudi 11 Octobre : Nouveau départ

Nouveau départ, pourquoi ? Tout simplement parce que nous avons décidé, d’un commun accord, de changer le fonctionnement des interventions en définissant des lieux de travail et de lieux “autres”. Sur la semaine et demi qui vient de se dérouler, nous avons remarqué, que les jeunes étaient tous dans la plus petite salle, à faire beaucoup de bruit, à se chamailler, les uns sur les autres.

Nous avons alors décidé de ferme la petite salle, pour qu’ils ne puissent y avoir accès. En réalité, c’est deux jeunes, qui m’ont demandé s’il était possible d’aller dans l’autre salle pour réviser leur contrôle pour demain. C’est donc avec V. que nous avons décidé d’expliciter les choses : la petite salle sera dédiée aux travaux, à ceux qui veulent travailler sur des exercices ou des leçons, et sera donc une salle plutôt calme. Le grande salle au contraire, sera destiné aux jeux, aux discussions, et à toutes les chamailleries. Il y a eu quelques protestations du groupe de filles, mais en soit chacun à été se placer en fonction de ce qu’il avait à faire. Personne n’est venu dans la petite salle alors qu’il n’avait rien à faire. C’est donc des limites plutôt strictes que nous leur avons donné, et pourtant elles ont été respectées plus que dans nos espérances.

Il y avait donc 9 élèves dans la petite salle, et le reste, 5, dans la grande pièce. Les 5 étaient en réalité composé d’un groupe de filles, notamment D., B. … Ces jeunes filles doivent être des perles, elles sont intelligentes, à peu près respectueuse, mais la manière de faire, de parler, de se tenir, est bien représentative des clichés des quartiers. Leur attitude est souvent grossière, il est même difficile d’admettre qu’elles sont si jeunes pour se comporter comme ça. J’aimerais beaucoup aborder des notions de civilité, de citoyenneté avec elle, pourquoi pas même envisager de parler de leur ressenti, de leur positionnement dans la société, leur sentiment, parce que c’est ça qui pose problème … leur identité.

Un jeune me disait ce soir, qu’il était Français et Guinéen …mais en soit qu’est ce que cela signifie pour lui ? En quoi il se définit comme Français, et quoi est -il Guinéen …? L’identité, et l’image qu’ils ont d’eux mêmes est souvent approximative, c’est presque blessant de voir que nos futurs citoyens ne se reconnaissent pas dans la société qu’ils vont pourtant représenter …

Aujourd’hui un acte étrange, en tout cas que je n’arrive pas a analyser c’est passé : V. avait proposé à une maman de l’aider pour la réalisation de son CV. Elle a donc accompagné sa fille aujourd’hui, mais V. était en train d’expliquer notre idée pour les salles, et ne pouvait se libérer. La maman est parti sans même venir saluer V.; considère-t-elle que V. aurait dû prioriser son cas ? A-t-elle peur du regard des jeunes ? Ou avait-elle simplement pas le temps de rester ce soir ? Mais cela conforte tout de même l’idée que l’environnement familiale de ces jeunes n’est pas stable, que leurs repères sont loin d’être fixes et que les lignes d’exemples sont tangibles.

Je trouve étrange que les jeunes n’abordent pas le sujet des frères et soeurs, de la famille. Ce n’est pas par peur du jugements ou du regard des autres, puisqu’ils se connaissent presque tous; qu’elle est la raison alors ? J’aimerais parler avec eux de tout ça, pouvoir partager, apprendre à se connaître !

Les filles, le groupe de 5 à fait pas mal de bruit, mais de manière raisonnable. C’est D. qui à lancé l’idée de faire des multiplication sur des ardoises, les filles ont pris goût à l’idée mais cela n’a pas duré longtemps. Elles ont ensuite eu l’initiative de proposer dans la “boite à idée” qui est présente dans la salle. C’est M. qui leur à proposé ça entre deux portes, mais cela les à occuper un bon moment, le reste de l’intervention à été passé à se chamailler … Mais malgré les apparences, elles ne sont encore que des gamines !

Et je pense que j’ai beaucoup de mal avec ça … A même âge, je ne vois pas ma cousine avoir un tel comportement, certes, mais elle n’est pas non plus capable de remplir un dossier d’inscription, de gérer les horaires, l’argent d’adhésion. Dans un sens, ils ont des responsabilité importantes pour leurs âges qu’ils effectuent à merveille, et de l’autre, par moment, ont à l’impression de s’adresser à des gosses ! Le plus dure c’est de ne pas oublier qu’ils sont des enfants, et que même si leur environnement les oblige à grandir plus vite, leur âme, leur comportement dépend de leur jeunesse.

Ce soir, j’ai pas fais beaucoup d’explication, mais plus de l’aide à l’apprentissage. Les jeunes nous demande de leur poser des questions sur les cours, sur les leçons, pour être sûr de bien savoir. Pour les 9 qui ont travaillés avec nous, l’importance des contrôle semble très grande. Et ça remet en question beaucoup de mes idées reçues : pour moi, c’est jeunes, c’est des enfants qui n’ont pas envie d’aller à l’école, et donc je pensais, qu’ils n’aurait pas envie de faire des efforts, de prendre du temps pour apprendre, de se concentrer pour quelque chose qui ne leur apportera pas grand chose…et je me trompais. Les garçons ont envie de réussir, un petit, je crois qui est en 5ème et à niveau d’espagnol assez impressionnant. Il en faut peu pour m’impressionner en espagnol mais quand même ! Et même lorsque le niveau est médiocre, parce que pour certains c’est le cas, notamment en anglais ou en mathématique, ils ne baissent pas les brase, et je trouve ça assez fascinant de les voir se concentrer pour tenter de comprendre.

J’ai tenté d’expliquer des mathématiques à une jeune fille de 5ème ce soir, elle n’avais jamais demandé d’aide jusqu’à maintenant donc c’est une jeune qu’on avait très peu côtoyé la semaine dernière, et en réalité elle est adorable mais en grande difficulté. Je pensais qu’elle était au moins en 4ème, par rapport à sa carrure et sa grandeur, mais elle n’est qu’en 5ème, on dirait une ado de 15 ans, elle doit en fait en avoir 12 ! Cette jeune à des difficultés importantes, cela se voit, mais d’où viennent elle réellement … Je ne comprend pas comment un enfant de 12 ans peut être en décrochage, ou presque : même si les parents ne sont pas en capacité de les aider, les enseignants ne sont-ils pas présents pour combler ce manque ? En tout cas c’est une jeune fille qui fait de nombreux efforts, quand on lui explique quelque chose, elle plisse les yeux, elle tente de comprendre, et on peut lire sur son visage si elle a compris ou non. C’est étrange comme des notions lui semble plus que familière, notamment en géométrie où elle récite la leçon presque par coeur. D’autres sont très lointaines, comme si elles n’en avaient jamais entendu parler …ce qui peut poser problème !

Une dernière chose peut être, c’est la fin de l’intervention. Les jeunes qui étaient avec nous dans la petite salle sont restés à travailler jusqu’à temps qu’on leur demande de ranger leurs affaires car il était l’heure. C’est à partir du moment où ils ont été retrouvés les autres que leur énergie et l’agitation a surgit de tous les côtés. Le fait de les contraindre à un semblant de calme, n’était pas une obligation, ils auraient pû se défouler pendant 2 heures, mais une majorité ont choisi de se conformer à une “forme scolaire” imposée, une atmosphère de travail. L’explosion d’énergie, à la fin de l’intervention étaient assez impressionnante, on avait l’impression qu’ils étaient heureux d’avoir pu travailler, c’est étrange ? On aurait pu avoir l’impression qu’ils étaient joyeux, festifs, contents, et ça se voyait réellement. C’est donc en troupeau qu’ils ont franchit la porte, avec un au revoir plutôt collectif, des bons week-ends, chose que nous n’avions pas eu la semaine dernière… Peut être un signe d’amélioration, de prise de marque, d’habitude à instaurer…

Possibilité de mettre en place :

Jeu de la ligne, d’un côté d’accord, de l’autre pas d’accord. Les jeunes doivent se positionner en fonction de leur opinions et justifier leurs choix :

La technologie moderne représente d’énormes avantages pour tout le monde.
Il faudrait interdire toute sorte de censure
La vie urbaine est mieux que la vie rurale
Lire des romans n’est qu’une perte de temps
La femme au travail ou à la maison
L’éducation des enfants doit être stricte
Le téléphone portable est indispensable
L’apprentissage des langues étrangères ne sert à rien
L’argent ne fait pas le bonheur

Noeud Humain

Ninja

Twister géant : Faire des papiers avec écrits “épaule-coude” “genou-fesse” “main-nez”, Deux équipes ou plus s’affrontent. Celles qui arrivent à mettre le plus de papier en un temps définit à gagner.

Le carré d’as : on distribue un symbole à chacun (4 différents) et on les place sur des chaises en cercle. On tire des cartes aux hasards, si on tire un carré, chaque joueur ayant un carré doit se déplacer vers la droite. Si son voisin ne bouge pas, il s’assoie sur ses genoux. Le premier qui à fait le tour du cercle a gagné.

Taboo : faire deviner les mots sans prononcer les mots secondaires

Ambassadeur

Lucky-Luck

Je ne sais pas si j’aurais l’occasion de réaliser ces activités avec les jeunes mais c’est des choses que j’ai envie d’essayer avec eux, prendre 15-20 minutes pour faire autre chose, voir autre chose, découvrir et apprendre à se connaître, par d’autre moyen qu’en face de son cahier ! Et j’espère pouvoir mettre en place tout ça rapidement …

 

Laisser un commentaire

Mathisleblond83 |
Despotinetpasdecalin |
Pokémons et combats |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Moncollegealamaison
| Technotroisieme
| 3ppb2